Démission silencieuse : comment (re)motiver durablement les salariés ?

#La charge mentale

Grande démission, quiet quitting (démission silencieuse), crise de l’engagement… Post-covid, la (dé)motivation des personnels s’est imposée comme un défi majeur pour le monde du travail. Mais des solutions existent. Avec un accompagnement adéquat, les RH peuvent identifier les leviers des motivations des collaborateurs. Et y répondre de manière à favoriser un engagement dans la durée. Explications.
Picture of Cog'x

Cog'x

Publié le 1 mars 2023

Quiet quitting

#quietquitting… Apparu sur TikTok, courant 2022, le hashtag ultrapopulaire (plus de 75 millions de vues) affirme un renoncement individuel à la culture de la performance et à la position centrale du travail. Particulièrement visible chez les jeunes générations, cette tendance se manifeste par un désengagement : respect strict du contrat mais refus de nouvelles responsabilités, des heures non payées, etc.

Bien plus qu’un simple buzz, le phénomène pose des questions importantes sur notre implication individuelle au sein du collectif : quelles raisons motivent notre engagement auprès d’une organisation ? Pourquoi fournir des efforts au service d’un objectif commun ?

Selon de nombreux travaux en sciences cognitives, au moins deux éléments influencent fortement notre niveau de motivation : la récompense et l’effort à fournir pour obtenir celle-ci.

Concrètement, comment ça fonctionne ?

Notre cerveau génère des prédictions : à partir de modèles issus de nos apprentissages, il détecte la probabilité qu’une action entraîne l’obtention d’une récompense. Nous décidons alors de l’intérêt de nous engager dans une tâche : ai-je envie de réaliser cette action pour obtenir cette récompense, ou pas ?

Si le niveau des récompenses (promotion, augmentation de salaire, etc.) a longtemps permis aux organisations de favoriser la motivation des collaborateurs – j’accepte de travailler plus pour gagner plus – ces leviers n’exercent aujourd’hui qu’une influence limitée. Selon une étude du conseil en emploi Zety, près de la moitié des collaborateurs accédant au marché du travail (génération Z) souhaitent un emploi qui rende « le monde meilleur » ; 59% d’entre eux veulent un « meilleur équilibre vie pro vie perso ». Plutôt qu’une augmentation de salaire, ces personnes souhaitent œuvrer au quotidien pour réduire notre empreinte carbone, pour aider des populations en difficulté, ou avoir davantage de temps à partager avec leurs proches.

Mais catégoriser peut aussi nous opposer les un·e·s aux autres, à partir d’a priori non déconstruits. Et si de nombreuses campagnes en faveur de la diversité au travail sont régulièrement mises en place, les résultats restent peu satisfaisants par manque d’adaptation et techniques inadaptées aux publics visés.

Quels leviers rendraient ces formations plus efficaces ? La recherche en sciences cognitives suggère des pratiques susceptibles d’améliorer les bénéfices des campagnes de formation pour la diversité, afin de réduire durablement les comportements discriminatoires.

Coût cognitif et rôle moteur

Le second levier de (dé)motivation est l’effort à fournir pour l’obtention de la récompense. À l’ère du tout numérique, le coût cognitif du travail explose : notre attention est baladée au rythme des sollicitations, les visioconférences augmentent notre fatigue, l’absence de pauses efficaces empêche la récupération, etc. Pour obtenir une même récompense, l’effort est donc accru. S’il est mal vécu,  la perspective de la récompense – même majeure – perd alors son rôle moteur.

Start-ups, collectivités, ONG… Poussées par les jeunes générations, nos organisations changent, nos manières de travailler aussi. Inclure les sciences cognitives dans l’élaboration de solutions favorables à la motivation des collaborateurs, c’est se garantir une réflexion en profondeur et l’élaboration d’outils sur mesure. Avec, en point de mire, des collaborateurs mieux dans leur poste,  engagés au quotidien et sur le long terme.

Dernières actualités

26/03/2024

L’engagement au travail : un problème de motivation ?

Diriez-vous que vous êtes motivé·e par votre travail ? Et si vous êtes au sein de la direction d’une organisation, pensez-vous que vos salarié·es soient engagé·es ? Ces termes d’engagement et de motivation, souvent employés de manière interchangeable, sont au coeur de ce qui fait tourner la société, qu’il s’agisse …

25/03/2024

Le sentiment d’efficacité personnelle, un moteur individuel et collectif de la motivation

Un nouvel outil informatique est déployé au sein de votre service, toutes vos habitudes sont chamboulées. Après une période de montée en compétence, les objectifs opérationnels à atteindre sont aussi élevés qu’avant, et pourtant vous avez l’impression que votre efficacité n’est pas encore revenue à la normale, et cela finit …
télétravail

29/06/2023

Télétravail : est-on allé trop loin ?

Travailler à distance implique l’usage d’outils de communication qui pourraient entamer le lien et la création – soit deux aspects-clés du travail en équipe. Explications avec les neurosciences. …