Diversité + inclusion : deux valeurs-clés pour plus de performance

#Les collectifs de travail

Favorable à la performance des organisations, la diversité n’est pourtant pas tout : une culture plus inclusive ainsi qu’un traitement juste de chacun·e sont des points essentiels au bon fonctionnement du collectif.
Picture of Cog'x

Cog'x

Publié le 27 octobre 2022

Un groupe de personne qui se réunissent et qui se joignent la main

Diversité et performance… Nombreuses sont les communications qui associent ces deux termes tout en affirmant un lien de cause à effet : parce qu’on aurait permis la diversité, l’entreprise serait performante. Si les données montrent un lien entre la présence de diversité dans l’entreprise et sa performance, il serait simpliste de s’arrêter à ce constat. Inclure implique de faire place, valoriser, retenir et promouvoir les individus de manière équitable. Autant de notions qui ne sont pas forcément incluses dans le fait de donner accès. Et qui demandent de dépasser l’intention de « recruter sans discriminer ».

Le besoin d’appartenance, une valeur essentielle

L’être humain a un besoin fondamental d’être en lien avec les autres. De se sentir comme faisant partie intégrante du système social qui l’entoure. C’est le besoin d’appartenance. Quand on fait partie d’un groupe, on acquiert une identité sociale non seulement source de fierté pour la plupart des individus, mais aussi de sécurité psychologique et de bien-être.

A l’inverse, des micro-comportements (un regard gêné, le fait de couper la parole, de ne pas vérifier que l’horaire proposé pour une festivité convient à tou·te·s) ou des remarques en apparence anodines (« Tu es d’où ? » à une personne non blanche), lorsqu’ils se répètent, peuvent nous amener à nous sentir menacé·e·s, et engendrer des conséquences néfastes sur notre santé mentale et physique. C’est pourquoi promouvoir la diversité, notamment par le recrutement, ne saurait être suffisant : il faut également faire travailler ensemble les différentes identités, les inclure vraiment.

Comment les entreprises perpétuent les disparités

Comme chacun d’entre nous, les entreprises peuvent, elles aussi, être victimes de biais cognitifs liés à la perception des identités sociales. Inhérents au fonctionnement humain, ces biais, généralement involontaires, se manifestent à différents niveaux de l’entreprise. Comment ? Par exemple…

  • au travers des procédures organisationnelles ;
  • dans le choix de mots plus ou moins inclusifs pour recruter un.e candidat.e ;
  • lors d’interactions informelles à la machine à café qui parfois nient ou sur-focalisent sur l’identité d’un.e salarié.e ;
  • via un.e responsable maladroit.e car peu à l’aise avec certaines identités.

Autant de situations au sein desquelles les entreprises perpétuent malgré elles des disparités entre les groupes et se privent de l’entière participation de nombreux.se.s collaborateur·rice·s au développement de l’entreprise.

Développer une culture plus inclusive

A l’ère de l’hyper-sollicitation, et de la surcharge mentale – dont on sait qu’elle favorise le recours aux biais involontaires, les entreprises ne peuvent plus faire l’impasse d’un changement de fond de leur culture organisationnelle, changement qui va avec la prise en compte du besoin d’appartenance. Elles doivent s’engager à développer une culture plus inclusive avec pour objectifs de…

  • valoriser la diversité des identités ;
  • mettre en avant l’apprentissage réciproque de nos différences ;
  • distribuer de manière équitable l’accès aux ressources et aux opportunités.

C’est à cette condition que les entreprises pourront bénéficier du fruit de leurs efforts et voir leur performance augmenter.

Dernières actualités

14/06/2024

Sentiment d’appartenance : le lien social au centre de la motivation au travail

Vous êtes-vous déjà dit que ce sont vos collègues qui vous poussent à vous lever le matin pour aller travailler ? Au contraire, avez-vous fait l’expérience d’un départ dans votre équipe, qui a rendu plus morne votre quotidien de travail ? Notre motivation au travail dépend en très grande partie …

30/04/2024

Le sentiment d’efficacité personnelle, un moteur individuel et collectif de la motivation

Un nouvel outil informatique est déployé au sein de votre service, toutes vos habitudes sont chamboulées. Après une période de montée en compétence, les objectifs opérationnels à atteindre sont aussi élevés qu’avant, et pourtant vous avez l’impression que votre efficacité n’est pas encore revenue à la normale, et cela finit …

26/03/2024

L’engagement au travail : un problème de motivation ?

Diriez-vous que vous êtes motivé·e par votre travail ? Et si vous êtes au sein de la direction d’une organisation, pensez-vous que vos salarié·es soient engagé·es ? Ces termes d’engagement et de motivation, souvent employés de manière interchangeable, sont au coeur de ce qui fait tourner la société, qu’il s’agisse …